Les livres d’occasion #14 – Le livre de leur mère

Nous sommes, comme pour le livre précédent, toujours à la médiathèque de l’Institut Français et j’ignore par quels détours ce livre a pu s’y trouver lui aussi. C’est Le Zubial, récit tendre et émouvant d’Alexandre Jardin sur son père, publié chez Gallimard en 1997.

le-zubial_1

Autre sujet d’étonnement : il a rejoint les rayons phnompenhois dès le mois d’octobre 1998. Je croyais qu’il s’agissait du temps tout juste nécessaire pour qu’une nouveauté parisienne arrive jusqu’ici. Pourtant, une trace me convainc du contraire : il a vraisemblablement été préalablement offert entre deux intimes :

le-zubial_2

« Encore un titre loufoque [!] qui commence par un Z. Gardez-le moi : je ne l’ai pas lu ! Grozes Bizes Maman » Pauvre Maman, il faut bien vous l’avouer : ce livre que vous avez offert à vos enfants, ils ne vous l’ont pas gardé mais je peux vous dire qu’après vingt ans il continue de vous attendre, ici, à Phnom Penh. Votre dédicace a traversé les années et, peut-être, les continents. Sans doute le caractère intempestif du Zubial ne s’accordait-il pas avec la supplique « gardez-le moi ».

Mais laissons là les atermoiements : ce n’est pas l’essentiel. Une autre chose me retient, et bien davantage, dans cette épître : la tentation du Z. Pourquoi s’exclamer d’un titre portant cette lettre majuscule ? Pourquoi transformer les s (quoique : pas tous) en z dans « grozes bizes » ?

Assez de questions, et réjouissons-nous ! Peut-être que le nom de cette famille commence par un z ; peut-être pas. C’est en tous cas une jolie façon de jouer (nous avons tous joué à ce jeu) que d’intervertir certaines lettres.

Surtout, mais j’affabule sans doute en leur prêtant cette intention, n’y aurait-il pas quelque chose de merveilleux à lire tous les livres dont le titre commence par la lettre z ? Oubliez les auteurs, la quatrième de couverture, les critiques et la popularité : choisissez un livre seulement pour votre lettre élue dans son titre. C’est une autre façon d’épuiser la littérature. Je vois bien une bibliothèque composée uniquement de Z…, de K… ou de W…

novembre 2016

P.S. : Sur le cas du K, je vous invite à lire cet article de Sophie Képès : www.larevuedesressources.org/fragment-d-un-ijikalaire-equivalent-danubien-de-l-abecedaire,1212.html

Publicités

Une réflexion sur “Les livres d’occasion #14 – Le livre de leur mère

  1. Pingback: Portrait #17 – Dessine-moi une voyageuse | Hubert Camus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s