Yannick Haenel : littérature, cinéma et voyage | Relire Je cherche l’Italie


Je relisais, dans l’optique d’un voyage prochain, Je cherche l’Italie. J’en attendais des adresses à visiter ; un guide de voyage littéraire et poétique (si tant est que les deux soient dissociables chez Yannick Haenel). J’y ai trouvé ces adresses, ce bien plus qu’un guide de voyage. J’y ai retrouvé le bonheur de frayer, le temps de quelques pages, avec Yannick Haenel. Le lecteur n’est pas (ou pas seulement) plongé dans une ville, Florence, ou un pays, mais une pensée (celle de Yannick Haenel) et un système de pensée (l’Italie comme représentation / cristallisation du monde).

Ceux qui aiment Yannick Haenel aiment le relire : chaque texte « ancien » porte en lui, rétrospectivement, les germes de ses plus récents. Pour autant, l’auteur parvient à ne jamais se répéter. Dresser une liste allant dans le sens de mon propos serait fastidieux et inutile. Évoquons seulement ce serveur de Bofinger, dans Tiens ferme ta couronne, dénommé Macron à cause de sa ressemblance avec le Président de la République ; les commentateurs se sont délectés de cette idée, déjà lisible dans Évoluer parmi les avalanches. Mentionnons également la présence de Cimino dans Je cherche l’Italie et Tiens ferme ta couronne, ou cette Reine de Némi dans le récit qui donnera son titre au premier film de Yannick Haenel, sorti en cette fin d’année 2017.

Ceux qui connaissent comme ceux qui découvrent Yannick Haenel se laissent embarquer dans ce livre fou, alternant (sans les séparer vraiment) récit et pensée. Avec érudition, Haenel traite de mystique, de l’Éternel, de leur parenté avec la Poésie et l’art, sans omettre la politique à laquelle il redonne, du fond du trou, son sens noble.

Aller chercher dans la littérature, à plus forte raison la grande littérature contemporaine, des adresses pour un voyage était sans doute un peu ridicule. De fait, concrètement, je n’en tire pas grand chose. Je n’en tire que le plaisir, la pensée et la conscience que si je le joue bien, mon prochain voyage sera riche de poésie.

décembre 2017

Pour lire une critique « à chaud » de Je cherche l’Italie, voir le site du journal estudiantin Nouvelles vagues : https://nouvellesvagues.blog/2015/03/02/je-cherche-litalie-le-nouveau-recit-de-yannick-haenel/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s