Ellis Island européen

On les a laissés mourir par milliers dans la mer. La mer qui charriait leurs corps, en avalait d’autres. On le savait. On s’émouvait, à l’occasion, d’un Aylan. Un peu à cause de l’horreur de telles images. Un peu pour se donner bonne conscience. Parce qu’on sait que ces images existent, qu’elles sont continuellement réalisées – mais pas toujours fixées par un appareil photo. Passé le choc, on les laisse mourir sans plus y penser.

Les choses ont changé. Depuis quelques semaines, des navires humanitaires croisent dans la Méditerranée. On pourrait s’en réjouir : ils sont infiniment moins dangereux que les coques de noix surchargées. Et si c’était pire ?

Que sont ces bateaux ? Un intermédiaire de plus avant l’Europe désirée. En échange de la sécurité, qu’offre-t-on aux migrants1 ? Davantage d’attente. Ces bateaux sont les représentants d’un Ellis Island européen. Comme à la porte de New York on les contrôle, on les trie avant de les accepter – ou non – sur le continent. Cet Ellis Island, notre Ellis Island est pire encore : c’est une île mobile. On les laisse dériver avant de discuter du port qui les accueillera, des pays qui les accepteront.

I would prefer not to

1J’insiste sur le terme migrants. Sur le bateau ils ne sont ni immigrants ni émigrés : ils sont en train de migrer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s