Les Phrases – Tout a été arrangé d’avance pour que je souffre

AH, DANS CETTE HISTOIRE-LÀ, TOUT A ÉTÉ COMME ARRANGÉ D’AVANCE POUR QUE JE SOUFFRE.

Un de Baumugnes, Jean GIONO

Cette histoire-là, c’est une histoire d’amour ; bien sûr : il n’y a que celles-là qui nous font souffrir, et nous savons que nous allons souffrir, et nous y allons tout de même.

Mais je peux souffrir encore, je peux souffrir à l’infini sous une seule condition : que l’être aimé sorte de cette histoire-là heureux, sans souffrance.

Publicités

Les Phrases – Ce qui revient donne chance à une nouvelle époque

CE QUI REVIENT DONNE CHANCE À UNE NOUVELLE ÉPOQUE

Les Renards pâles, Yannick HAENEL

Ce qui revient, c’est ce qui était passé. Je dis « était » et non « est » passé, car précisément cela revient. Ce n’est plus exactement la même chose puisque ça a été mais en revenant dans mon présent, en redevenant actuel, ce qui était passé va devenir du futur, au moins possible du seul fait de mon nouveau regard – de mon regard de maintenant. Je ne dois pas oublier ni faire semblant d’oublier le passé : je dois le faire revenir pour bâtir dessus.

Les Phrases – Ces mots tracés au crayon s’effaceront peut-être

CES MOTS TRACÉS AU CRAYON S’EFFACERONT PEUT-ÊTRE, MAIS JAMAIS LES SENTIMENTS GRAVÉS DANS MON CŒUR

Les Liaisons dangereuses, Pierre CHODERLOS DE LACLOS

« Les paroles s’envolent, les écrits restent » (proverbe), mais où restent-ils ? Un papier s’efface au soleil ou d’avoir trop été manipulé, il se perd au milieu des autres, il brûle ou il se déchire dans l’eau.

Les phrases restent dès lors qu’elles se sont (ou que je les ai) gravées dans mon cœur. Les sentiments qu’elles ont fait naître en moi sont indélébiles.

Les Phrases – Considère comme trahison la paresse

CONSIDÈRE COMME TRAHISON LA PARESSE

Thésée, André GIDE

Il y en a, des choses que je voudrais faire ! Qu’elles soient d’ordre politique, sentimental, exploratoire… Mais je n’ai pas le temps, mais j’ai d’autres priorités… Non : c’est juste que je suis paresseux. Qu’est-ce que je trahis par ma paresse ? Moi-même. Volonté, si tu ne viens pas à moi, c’est de toutes mes forces que j’irai te conquérir. Peut-être que je n’aurai pas bien fait – mais, au moins, j’aurai fait.