Revoir Virginie

J’ai revu Virginie.

Virginie, ou plutôt : la Mort de Virginie, tableau de James Bertrand. J’avais rencontré son visage en septembre ou octobre. Lorsque je suis retourné le voir, il s’était dérobé. J’ai parlé de cette torpeur dans un article que La Nouvelle République a bien voulu publier :

https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/le-visage-de-virginie

Et puis je l’ai revue, grâce aux bons soins de toute l’équipe du musée-hôtel Bertrand de Châteauroux. J’en rends compte dans un autre petit article, que le musée me fait l’honneur de publier :

Publicités

#expo : Guernica genesis au musée Picasso

Guernica Genesis, ou « Guernica » sans Guernica

Cette semaine, je suis allé deux fois au musée. Grande première : dans l’un et l’autre cas, je me déplaçais pour une toile en particulier.

Ce fut d’abord le musée Bertrand de Châteauroux. Après bien des louvoiements, il s’est avéré que la toile qui me hantait avait été décrochée (je traite de cette déconvenue en page Dialogue de La Nouvelle République, édition à paraître le 25 avril). Puis ce fut le musée Picasso : j’ai tressailli en apprenant le début de l’exposition « Guernica ». Je m’y suis rué.

Les documents et œuvres sur et autour de Guernica se multipliaient sous mes yeux, replaçant l’œuvre maîtresse dans son contexte. Mais rien à faire : je ne trouvais pas le clou. Où avait-il été caché ?

Renseignements pris, Lire la suite